Pénuries diverses, inflation, contexte géopolitique tendu, la filière auto rencontre en 2022 de nombreuses difficultés. Que ce soit la pénurie de semi-conducteurs ou les coûts de l’énergie croissants pour l’hiver 2022-2023, les groupes automobiles doivent faire face à plusieurs challenges.

Pour les concessions automobiles, le premier défi est invariablement le manque de stocks et l’approvisionnement compliqué en véhicules neufs. Dans cet article, nous vous proposons ainsi un aperçu de la crise auto en cours et des difficultés à surmonter pour 2022 et 2023  :

Au sommaire

  1. Les pénuries en cascade : semi-conducteurs, matières premières et véhicules neufs
  2. Inflation, crise énergétique, contexte géopolitique tendu
  3. Un marché automobile en mutation
  4. Comment Carvivo vous aide à répondre aux challenges de la filière auto ?

1. Les pénuries en cascade : semi-conducteurs, matières premières et véhicules neufs

1.1 Les problèmes de production chroniques de semi-conducteurs

Cela ne vous aura pas échappé, l’un des principaux problèmes que rencontre toute la filière automobile est la pénurie de semi-conducteurs. Ainsi, Allianz Trade, spécialiste de l’assurance-crédit, prévoit que la pénurie des semi-conducteurs pourrait coûter au total près de 100 milliards d’euros au secteur automobile sur 2021 et 2022. Première victime de cette crise, l’automobile accuse ainsi un déficit de production de près de 18 millions de véhicules dans le monde. Mais c’est en Europe que la situation est la plus tendue, ce qui explique notamment le tout dernier plan d’investissement européen de 53 milliards d’euros dans les semi-conducteurs. 

Cependant, d’après une étude du cabinet Roland Berger, ce plan ambitieux ne devrait pas être suffisant pour pallier aux problèmes de production et d’approvisionnement en semi-conducteur, notamment pour le secteur automobile. Malheureusement donc, ces pénuries risquent fort de continuer à impacter les constructeurs tout comme les distributeurs et les consommateurs dans les années à venir, et particulièrement en 2023. 

Pour avoir une idée de l’ampleur de cette crise, nous pouvons citer le cas de Renault. D’après Luciano Biondo, le directeur général du pôle ElectriCity de Renault, la crise des composants a ainsi fait perdre à Renault 50 000 véhicules électriques.

La pénurie de semi-conducteurs est donc particulièrement dure pour les constructeurs automobiles. Ces derniers ne peuvent produire suffisamment de véhicules neufs, électriques ou non. La crise touche surtout les groupes automobiles européens. On observe ainsi de fil en aiguille une pénurie de véhicules neufs. Les concessionnaires ne peuvent alors plus s’approvisionner facilement en véhicules. 

De plus, cette crise ne va pas s’arrêter de sitôt. Carlos Tavares, le directeur général de Stellantis, estime que les difficultés d’approvisionnement en semi-conducteurs vont se poursuivre jusqu’à au moins fin 2023. Cette situation est donc appelée à durer au moins une année, si ce n’est plus selon les évolutions.

1.2. Les difficultés d’approvisionnement en véhicules neufs

Comme évoqué précédemment, les pénuries de semi-conducteurs entraînent une baisse de la production de véhicules neufs. La Plateforme automobile (PFA) estime ainsi que la production de véhicules légers restera probablement en deçà de son plein potentiel jusqu’en 2023 au moins. Aux difficultés liées aux semi-conducteurs s’ajoutent également d’autres : la volatilité et le coût des matières premières. Alexandre Marian, coleader d’Automotive and Industrial Practice, estime ainsi que les prix vont globalement se maintenir à des niveaux supérieurs à la période pré-Covid. Il établit même que « … la hausse commence à toucher les matières premières comme l’assemblage des véhicules, et semble prête à s’aggraver pour 2023-2024. »

Alix Partners donnait ainsi pour le mois de septembre 2022 un coût de 1851 dollars pour le contenu en matières premières d’un véhicule thermique. C’est moins que pour mars 2022 (2969 dollars) mais plus que septembre 2020 (1475 dollars). Pour les véhicules électriques, la tendance des coûts reste haussière à cause notamment des prix du cobalt, du nickel et du lithium. 

Les productions faibles de véhicules neufs sont évidemment problématiques aux constructeurs automobiles. Ces derniers perdent alors en ventes éventuelles et donc en profits. Mais cela a également un impact sur toute la chaîne de distribution et les concessions automobiles. Carvivo voit cependant une solution potentielle pour ces derniers.

En effet, l’approvisionnement en véhicules dans les concessions auto peut être assuré par les véhicules d’occasion et le mécanisme de la reprise automobile. Nous vous en parlions déjà dans un article dédié à l’amélioration de la gestion des leads Reprise en concession automobile. Avec la reprise, vous pouvez non seulement récupérer des véhicules en bons états pour assurer vos ventes, dans l’univers VO certes. Mais c’est également un bon moyen de générer des leads et des prospects, auxquels vous pourrez proposer un nouveau véhicule via plusieurs schémas de financement par exemple.

2. Inflation, crise énergétique, contexte géopolitique tendu

Si la filière auto rencontre comme principale difficulté la pénurie de semi-conducteurs, d’autres défis viennent s’ajouter à cette dernière. Nous pensons notamment aux surcoûts liés à l’inflation. Il faut ainsi souligner que la crise énergétique tout comme le contexte géopolitique tendu viennent impacter négativement toute la filière auto, des constructeurs aux concessions. Du point de vue constructeur, cela signifie notamment des coûts qui augmentent pour la fabrication de véhicules et des difficultés d’approvisionnement renforcées.

2.1 Les surcoûts liés à l’inflation

L’inflation provoque des surcoûts pour l’approvisionnement en véhicule. Ces surcoûts viennent grignoter les profits et la rentabilité des constructeurs comme des groupes de distribution. D’après le Journal de l’Automobile, la flambée du prix de l’énergie pourrait ainsi coûter jusqu’à 30 % du résultat des distributeurs automobile

Côté constructeur, l’inflation peut avoir des effets tout aussi catastrophiques. Ford prévoit par exemple qu’elle va lui coûter un milliard de dollars ! Celle-ci fait en effet gonfler les factures de ses fournisseurs à hauteur au troisième trimestre 2022. Le groupe automobile a ainsi baissé ses prévisions de résultats pour l’année. Le constructeur s’attend même à devoir stocker de 40 000 à 45 000 véhicules non terminés faute de composants.

En France, selon l’estimation provisoire réalisée en fin de mois par l’Insee, les prix à la consommation augmenteraient de 5,6 % en septembre 2022, après +5,9 % le mois précédent.  La baisse serait due au ralentissement des prix de l’énergie et des services. L’énergie est le principal facteur de cette augmentation, ses prix ayant augmenté de 17,8% ! 

Pour la fin de filière auto, représentée notamment par les concessions et groupes de distribution, il convient donc de trouver de nouveaux relais de croissance pour compenser les pertes de rentabilité. Pour les concessionnaires auto, nous pensons notamment aux développements de différents univers : pièces détachées, après-vente, véhicules d’occasion, etc… mais également de diversifier les produits avec par exemple la distribution de motos ou encore de nouvelles marques automobiles, notamment celles venues d’Asie (MG, Aiways. Nio, Xpeng, BYD).

2.2 Les difficultés liées à la crise énergétique

Comme évoqué précédemment, l’inflation est principalement due aux prix de l’énergie. Cela ne vous aura pas échappé, le contexte géopolitique global est aujourd’hui très tendu, avec notamment l’invasion de l’Ukraine par la Russie. On observe ainsi des difficultés d’approvisionnement en gaz, qui par ricochet, ont entraîné une hausse des prix de l’énergie

À cela s’ajoutent de nombreux autres phénomènes : maintenance des centrales nucléaires en France, sécheresse historique affectant les barrages hydrauliques ou prix de l’électricité élevé en Europe par exemple. On parle même de coupures de courant électrique potentielles pour cet hiver 2022/2023 en France métropolitaine. Ces problèmes affectent également l’industrie automobile, notamment pour la production de nouveaux véhicules. Les prix de l’énergie se répercutent forcément sur les coûts de fabrication.

Alix Partners indique ainsi que le prix de l’énergie moyen a fortement augmenté en Europe entre 2019 et 2022, atteignant +67 % pour l’électricité et +133% pour le gaz. Ces données expliquent ainsi presque à elles seules les augmentations du coût de fabrication d’une voiture à essence ou diesel. Toujours selon Alix Partners, ce coût a subi une hausse de 512 dollars ! Il est ainsi passé de 674 dollars avant le Covid à 1186 dollars en septembre 2022. Les véhicules hybrides et électriques n’échappent pas à ces hausses de coût. Ils sont cependant mis davantage sous les projecteurs de par la solution qu’ils représentent face à la crise énergétique actuelle et les futures.

En effet, les véhicules électriques peuvent stocker l’électricité et la redistribuer sur le courant lors des pics de consommation. Des tests sont déjà réalisés dans de nombreux pays, et notamment en Suisse. Pour nous, c’est l’occasion de se poser la question suivante : est-ce que les véhicules électriques peuvent être un nouveau relais de croissance à mettre en avant auprès des clients ? 

Le marché automobile est en pleine mutation, et les concessions doivent se préparer à ces changements. Les véhicules électriques vont prendre une place de plus en plus importante, et ces derniers sont souvent acquis via plusieurs types de financement.

3. Un marché automobile en mutation

La crise générale qui frappe le secteur automobile va évidemment avoir un impact durable. À court terme, les constructeurs automobiles comme les distributeurs vont devoir encaisser les hausses de coûts et donc la perte de rentabilité. Pour les distributeurs, et comme nous l’avons évoqué, il existe d’or et déjà quelques solutions. Nous vous avons notamment parlé du développement d’autres univers. La reprise automobile s’avère également une excellente piste pour s’approvisionner en véhicules d’occasion.

Mais il nous semble également juste de faire un point sur les mutations en cours ou à venir du marché automobile. D’après nous, l’évènement le plus marquant à ce niveau est l’adoption à l’échelle européenne d’un accord pour la fin des ventes de véhicules thermiques en 2035. À cette date, tous les véhicules neufs vendus devront être « zéro émission ». Or, comme évoqué précédemment, la hausse des prix des matières premières touche davantage les véhicules électriques. Qu’en sera-t-il pour les prochaines années ? Cela est difficile à dire. Mais cet accord va en tout cas infléchir la politique de nombreux constructeurs automobiles qui doivent désormais s’orienter vers la production de véhicules zéro émission

À cet accord s’ajoute un autre changement qui fait craindre le pire pour les professionnels de l’automobile européens : l’arrivée des marques chinoises en Europe. Ces dernières se lancent à l’assaut de l’Europe, avec de nombreuses marques de voitures électriques. 

Pour le moment, les chiffres de ventes des voitures chinoises sont limités en France. Mais selon Caradisiac, les parts de marché des constructeurs chinois devraient augmenter dans les prochaines années. En Norvège, les marques chinoises représentent déjà 10% du marché des autos électriques.

4. Comment Carvivo vous aide à répondre aux challenges de la filière auto ?

Vous l’aurez donc compris, la filière auto fait face à de nombreux défis et subit une crise profonde provoquée par de nombreuses problématiques. Chez Carvivo, nous avons évidemment bien conscience de toutes ces difficultés et de comment elles impactent les concessions automobiles. Nos solutions visent ainsi à vous accompagner dans la traversée de cette crise. Nous vous aidons pour préparer l’avenir face aux nombreux défis que rencontre le secteur automobile.

4.1. Carvivo pour vous conseiller sur la transformation de votre groupe

Tout d’abord, nos équipes Carvivo vous accompagnent dans la transformation de votre groupe. Nous pouvons ainsi réaliser un audit complet sur l’organisation existante et les processus métiers via des ateliers et interviews des salariés en interne. Nous effectuons ensuite un recueil des besoins et de la stratégie du groupe en général.

Grâce à ces deux actions, nos experts peuvent vous fournir des recommandations :

  • Sur l’organisation selon les objectifs du groupe et les enjeux de chaque métier,
  • Sur les processus métiers, les outils à implémenter et les ressources humaines nécessaires.

Carvivo sera alors en mesure de vous apporter un accompagnement dans la mise en place de la feuille de route. Nous vous aidons ainsi à agir face à la crise et les mutations en cours dans la filière auto.

4.2. Carvivo pour optimiser le traitement des leads

Carvivo, c’est également une solution et un logiciel pour traiter les leads de A à Z, optimiser la performance commerciale et gérer la relation client. Du fait de la crise qui secoue l’ensemble du secteur automobile, il est essentiel d’être performant dans ces trois actions. Nous accompagnons ainsi depuis de nombreuses années nos clients dans la gestion et le traitement des leads automobiles de toute nature.

Avec notre logiciel, vous pouvez améliorer vos processus de qualification et de prises des informations. Toutes les données clients sont centralisées dans des fiches clients facilement accessibles et aisées à lire. Une fois le lead inscrit dans notre solution, vous disposez de nombreux outils pour améliorer votre taux de conversion et vos performances commerciales. Les leads sont dispatchés automatiquement aux commerciaux et vendeurs disponibles. Vous pouvez également faire des relances, par SMS ou par emails à vos équipes commerciales. La réactivité est en effet cruciale pour déclencher une vente.

Notre logiciel dispose également de nombreuses statistiques, tableaux de bord et outils de reporting. Ils vous aideront à mieux manager vos équipes commerciales et à déterminer les axes d’amélioration pour booster vos ventes.

4.3. Carvivo pour mieux gérer les leads entrants par téléphone ou par email

Une meilleure gestion des leads passe également par un traitement efficace dès la première interaction avec vos clients potentiels. Nous vous proposons ainsi notre Business Development Center Auto (BDC) externalisé. Basés en France, nos opérateurs assurent le début du parcours client, le traitement des emails entrants ou des appels téléphoniques. Ils assurent ainsi que les bonnes informations sont récupérées, catégorisées puis transmises à vos équipes de vente. Ces dernières peuvent ainsi se concentrer sur la préparation d’une offre, les relances, le suivi de la relation commerciale.

Nos solutions vous intéressant ? Nous vous invitons à consulter deux cas clients évocateurs sur les performances de notre logiciel Carvivo Contact et de notre BDC Auto : Discover Group et BMW Mini. Pour en savoir plus, vous pouvez également nous contacter dès maintenant par téléphone au 01 83 77 76 27 ou par formulaire. Nous serons ravis de répondre à toutes vos questions sur nos services et solutions.

Articles recommandés

Pour mesurer vos performances en concession automobile, le tracking se révèle être une méthode très…

Vous investissez beaucoup d’argent dans les campagnes marketing afin de booster vos ventes de voitures…

Commerciaux en clientèle, informations dispersées, charge de travail parfois importante et délais courts, il peut…

Partager cet article